Le Festival s’apprête à fêter ses 50 ans. C’est l’une des rares manifestations musicales à pouvoir s’enorgueillir de cette longévité en France et en Europe. Et c’est sans doute la singularité du Festival, née d’une combinaison exigeante, qui lui permet d’atteindre cet âge : une basilique du 12ème siècle au coeur d’une ville populaire, en mouvement.

Le Festival a toujours lié son développement à celui du territoire sur lequel il est né. De l’extrême centre ville de Saint-Denis à ses débuts jusqu’au Grand Paris d’aujourd’hui et de demain, le Festival circule et se déploie.
Il s’est également toujours attaché à associer les habitants à ses activités. Par le bénévolat
d’abord et encore, par les actions de sensibilisation ensuite, qui touchent aujourd’hui plusieurs milliers de personnes chaque année.
C’est toute une communauté qui s’est construite au fil des années autour du Festival – y compris celle des artistes et des orchestres qui au fil des ans a constitué une « famille artistique » – qui s’apprête à en fêter les 50 ans.
Pour célébrer cet anniversaire, il m’a semblé naturel de demander à Jean-Pierre Le Pavec de s’y associer comme consultant artistique.

Nous avons choisi d’inviter en résidence pour cette occasion exceptionnelle, l’un des meilleurs orchestres européens actuels : le Mahler Chamber Orchestra fondé par Claudio Abbado il y a tout juste… 20 ans.
Deux chefs, deux styles, une même exigence : Teodor Currentzis et Daniele Gatti se succéderont pour deux concerts dans la Basilique à la tête de l’Orchestre dont ils sont tous deux partenaires artistiques privilégiés.

Mahler et Monteverdi qui ont accompagné le Festival tout au long de son histoire sont les deux compositeurs mis à l’honneur cette année.
Robin Ticciati dirige un Chant de la Terre avec l’Orchestre National de France qui devrait rester dans les mémoires tout comme les Vêpres présentées par Sir John Eliot Gardiner pour célébrer les 450 ans de la naissance de Monteverdi.

Maxime Pascal et l’ensemble Le Balcon, se sont associés à leur manière à la célébration de Mahler avec une version inédite de la 7ème symphonie tandis que Leonardo Garcia Alarcon et Jean Bellorini présentent leur lecture passionnée et pleine d’audace de l’Orfeo de Monteverdi.

Fidèle du Festival, Sofi Jeannin, met toutes les forces vocales de Radio France, Choeur et Maîtrise, au service d’un superbe programme associant Mozart et Messiaen avec la complicité des musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Enfin, dans la Basilique toujours, ne ratez pas Waves, composition des musiciens rock Bryce Dessner et Richard Reed Parry qui, associés à l’Orchestre National d’Ile-de-France vont nous faire littéralement planer au-dessus de l’océan grâce aux fascinantes images du célèbre photographe et vidéaste Hiroshi Sugimoto.

A la Légion d’Honneur, tradition oblige, nous accueillons la jeune et déjà brillante génération : Edgar Moreau, Varvara, David Kadouch, Thomas Dunford, Jean Rondeau,…

Et pour Métis, en préalable à la création d’Ibrahim Maalouf dans la Basilique, nous avons mobilisé pour tourner dans les villes de Plaine Commune des artistes de trois pays du Proche et du Moyen Orient : le Liban, l’Iran et la Syrie pour des rencontres inédites avec des musiciens classiques, seuls ou en quatuor à cordes car la musique ne connaît pas de frontières.

Cette édition est la première d’une série de trois qui sera l’occasion de fêter avec vous jusqu’en 2019, les 50 ans de notre manifestation.

Le Festival depuis ses débuts est pensé pour vous, n’existe que grâce à vous, spectateurs fidèles et exigeants. Pour cela, nous vous remercions infiniment.

Nathalie Rappaport
Directrice du Festival de Saint-Denis