Mécénat individuel

Sélim Mazari

Les récentes Victoires de la Musique Classique ont mis sur les bancs des « révélations de l’année » le jeune pianiste Sélim Mazari, très marqué par l’enseignement de la grande Brigitte Engerer.

Issu d’une famille de mélomanes, Sélim Mazari, né en 1992 à Garenne-Colombes, fait ses premières gammes dès son plus jeune âge. Ses parents ont comme voisine Suzel Ginisty, une élève de Brigitte Engerer, qui lui donne ses premières leçons dès l’âge de cinq ans. Ses progrès sont fulgurants et lui valent d’intégrer en 2004 la classe de Pierre Réach au Conservatoire à rayonnement régional de Paris, Sélim fête alors son dixième anniversaire. En 2003, juste avant son entrée au Conservatoire, il participe à l’Académie d’été de Nice où il fait la connaissance de Brigitte Engerer, dont le charisme, le côté maternel et généreux, influencent profondément le jeune musicien. En 2008, il est admis à l’unanimité dans sa classe au Conservatoire Supérieur de Musique, où il suivra son enseignement jusqu’à sa disparition prématurée, survenue en 2012. Il intègre ensuite la classe de Claire Désert avec qui il prépare son Master, diplôme qu’il obtient brillement en juin 2013, reçoit en parallèle les conseils de Jean-Claude Pennetier à l’Académie de Villecroze, de Michel Dalberto et de Rena Shereshevskaya.

Avide de nouvelles expériences musicales et humaines, désireux de parfaire sa formation à l’étranger, il fait ses valises et part s’établir à Londres, où il se lance dans un second Master au Royal College, dans la classe de Dmitri Alexeev. Londres est aussi le point de départ d’une nouvelle étape, marquée par sa rencontre avec Avedis Kouyoumdjian, fin pédagogue et ami de Brigitte Engerer, ancien élève de Dieter Weber et Stanislav Neuhaus, qui l’invite à travailler avec lui à Vienne, à l’« University of Music and Performing Arts ». Avec son nouveau Mentor, il explore le grand répertoire classique, Mozart, Beethoven, Haydn, etc. et s’épanouit pleinement dans une capitale musicale où il profite d’une offre culturelle intense, fréquente assidument l’Opéra, son autre passion.

Lauréat du Concours International d’Ile de France, de Piano Campus 2013, du Concours International de Collioure, le jeune pianiste est aussi récompensé par la Société des Arts de Genève.

Chambriste apprécié, il collabore avec Yo-yo Ma, Henri Demarquette, Natalia Prischepenko – ancien premier violon du Quatuor Artemis, Olivier Charlier, les flûtistes Juliette Hurel et Joséphine Olech avec qui il enregistre le disque Souvenirs de Hongrie (collection 1001 Notes) et le Quatuor Hermès (au Théâtre du Vésinet).

Prix de la Fondation SAFRAN pour la Musique(2014), révélation ADAMI (2012) – qui lui vaut de se produire sur la scène des Bouffes du Nord, il est nommé en 2018 aux Victoires de la Musique Classique.

La même année, il se produit en récital à la Fondation Vuitton, aux Festivals de Sully et de la Roque d’Anthéron. Il se produit aussi en solo et en duo avec Michel Dalberto à Saint-Paul de Vence, à l’invitation du Quatuor Modigliani.

Parmi les temps forts des saisons à venir, citons : des concerts à deux pianos avec Michel Dalberto, de la musique de chambre en duo avec le violoncelliste Victor Julien-Laferrière et avec le Quatuor Hermès, des récitals (Sully, Abbaye de l’Epau, Grange de Meslay, Piano à Lyon, Festival de Biot, La Roque d’Anthéron, l’Auditorium de Radio France dans le cadre d’une intégrale des Sonates de Beethoven, etc.)

Il enregistre en juin 2019 Salle Molière à Lyon son premier disque dédié aux Variations de Beethoven (dont les redoutables EroÏca) – (sortie prévue à l’automne 2019/janvier 2020).