Mécénat individuel

Orchestre National de France

L’Orchestre National de France est le premier orchestre symphonique permanent créé en France. Fondé en 1934, il a vu le jour par la volonté de forger un outil au service du répertoire symphonique. De Désiré-Émile Inghelbrecht, qui a fondé la tradition de l’orchestre, à Emmanuel Krivine, directeur musical à partir de septembre 2017, les plus grands chefs se sont succédés à la tête de l’orchestre, lequel a également invité les solistes les plus prestigieux.

L’Orchestre National de France donne en moyenne 70 concerts par an à Paris, à l’Auditorium de Radio France, sa résidence principale depuis novembre 2014, et lors de tournées en France et à l’étranger. Le National conserve aussi un lien d’affinité avec le Théâtre des Champs-Élysées où il se produit chaque année, notamment pour des productions lyriques.Il propose par ailleurs, depuis quinze ans, un projet pédagogique qui s’adresse à la fois aux musiciens amateurs, aux familles et aux scolaires en sillonnant les écoles, de la maternelle à l’université, pour éclairer et toucher les jeunes générations.

L’Orchestre National a créé de nombreux chefs d’œuvre du XXe siècle, comme Le Soleil des eaux de Boulez, Déserts de Varèse et la plupart des grandes œuvres de Dutilleux.

Tous ses concerts sont diffusés sur France Musique et fréquemment retransmis sur les radios internationales. L’orchestre enregistre également pour France Culture des concertsfictions (qui cette saison feront de Leonard Bernstein et Nino Rota de véritables héros) avec des comédiens, souvent sociétaires de la Comédie-Française, des bruiteurs, etc. ; autant de projets inédits qui marquent la synergie entre l’orchestre et l’univers de la radio. Citons parmi ses nombreux enregistrements un coffret de 8 CD, qui rassemble des enregistrements radiophoniques inédits au disque et retrace l’histoire de l’Orchestre. Récemment, dans le mythique Studio 104, il enregistre la musique du dernier film de Luc Besson, Valérian.

Pour sa deuxième saison comme directeur musical de l’Orchestre National de France, Emmanuel Krivine continue de remettre sur l’établi les œuvres du grand répertoire. Il propose notamment cette année une intégrale des symphonies de Brahms ainsi que le Requiem allemand, œuvre qui s’inscrit dans un ensemble de rendez-vous avec la musique sacrée qui permettront d’entendre la Messe glagolitique de Janáček et des oratorios comme la Passion selon saint Matthieu de Bach (sous la direction de Václav Luks) ou L’Enfance du Christ de Berlioz. Berlioz, mort il y a cent-cinquante ans, sera très à l’honneur puisque Emmanuel Krivine a choisi d’inscrire à son programme La Damnation de Faust et Harold en Italie.

Dans le cadre des concerts consacrés au cinéma, thème important de la saison 2018-2019, l’Orchestre National fera halte au Grand Rex à l’occasion de la diffusion de 2001, l’Odyssée de l’espace. Par ailleurs, depuis l’enregistrement de la musique de Valérian, Alexandre Desplat est devenu un proche de l’orchestre, dont il est deux fois l’invité cette saison.

Parmi les grands interprètes, on citera Evgeny Kissin, Nikolaï Lugansky, Bertrand Chamayou, Emmanuel Pahud, Frank-Peter Zimmermann, Stéphanie d’Oustrac, John Osborne, Yefim Bronfman, Sandrine Piau, etc., qui interpréteront à la fois des incontournables du répertoire et des œuvres moins connues comme le Concerto pour sept instruments de Frank Martin ou le Premier Concerto pour violon de Martinu.

L’Orchestre National de France est présent chaque année au Festival de Saint-Denis : avec le Choeur de Radio France dans Elias sous la direction de Daniele Gatti, ainsi que dans la 2e Symphonie de Mahler sous la direction de James Gaffigan, avec Le Paradis et la Péri de Schumann sous la direction de Jérémie Rhorer et un Requiem allemand sous la direction de Daniele Gatti. En 2017, il était aux côtés du Choeur de Radio France pour le Requiem de Mozart, sous la direction de James Gaffigan. On le retrouve l’édition dernière avec Stéphane Degout et son directeur musical Emmanuel Krivine dans un programme Bach/Fauré, mais également sous la direction de Valery Gergiev pour le concert de clôture.