Un festival, manifestation par essence éphémère qui atteint ses 50 ans en pleine forme, amène à s’interroger sur sa nature et ses particularités. Un Festival n’est pas une institution traditionnelle, pas de salle ni de troupe comme dans un théâtre, pas de lieu adapté ni d’orchestre permanent. Il faut tout reconstruire chaque année et le Festival de Saint-Denis n’échappe pas à cette règle.

Il y a cependant à Saint-Denis deux atouts, deux points forts, une Basilique royale et une ville populaire, ce qui pourrait être à première vue difficile à conjuguer mais ce qui façonne la spécificité de la manifestation, expliquant son succès dans le temps et son originalité.

Le Festival a toujours lié son développement à celui du territoire sur lequel il est né. De l’extrême centre ville de Saint-Denis à ses débuts jusqu’au Grand Paris d’aujourd’hui, le Festival circule et se déploie. Cet attachement au territoire est le point commun avec nos partenaires publics et privés.

Les habitants, les associations, les relais ont toujours été associés au Festival et participent à diverses activités tout au long de l’année. Ces actions de sensibilisation touchent désormais plusieurs milliers de personnes par an.

C’est toute une communauté, construite au fil des années autour du Festival – y compris celle des artistes et des orchestres – qui célèbre aujourd’hui ces 50 ans de réussite.

Cette deuxième édition sur les trois qui vont célébrer les 50 ans du Festival s’annonce comme une étape particulièrement importante avec le retour, outre le partenariat avec Radio France, de trois grands chefs internationaux : Sir John Eliot Gardiner, Esa-Pekka Salonen et Valery Gergiev qui ont accompagné le Festival depuis de nombreuses années.

Dès ses débuts, le Festival a été marqué par de grandes oeuvres symphoniques, de la musique baroque, des récitals et des créations.

Les 50 ans sont l’occasion de réaffirmer cette ambition au moment où Saint-Denis est de nouveau dans l’actualité avec la perspective des Jeux Olympiques de 2024.


Nathalie Rappaport

Directrice du Festival de Saint-Denis